Paris années 50

Paris années 50

Paris années 50


Paris  1999

En juillet 1947, un jeune américain tout juste sorti de l'Université, se rend en France pour y passer l'été. Il y restera dix ans, tour à tour étudiant et correspondant du magazine Time. Tout au long de ces années 1950, Stanley Karnow, « le plus parisien des Américains », ne cessera de voyager, de rencontrer célébrités et inconnus, d'arpenter cafés et caveaux, de fréquenter intellectuels et gens du monde. Dior, Curnonski, Mendès France, Hemingway, Welles et surtout Nathalie Sarraute... Ces visages et ces voix traversent le livre, tout à la fois histoire des mentalités et ode amoureuse à une ville aujourd'hui disparue, le Paris d'après guerre.

« On peut dire, écrit Jean Daniel dans sa préface, que le regard posé par les écrivains des États-Unis, regard plus indulgent que celui des Britanniques, exhume et résume une sorte de quintessence de l'imagerie parisienne qui ressemble à une nostalgie inventée... Jamais Stanley Karnow, reporter devenu écrivain politique, n'avait fait preuve d'autant de verve et de truculence dans l'évocation, dans le portrait et dans le récit. Certains instantanés sont saisissants comme des photographies de Doisneau. »

  

Stanley Karnow (1925-2013) fut historien et grand reporter. Il a notamment publié Vietnam : A History et In Our Image : America and The Philippines, qui lui valut le prix Pulitzer, la plus haute distinction littéraire aux États-Unis.

Ce livre a été traduit de l'anglais (États-Unis) par Martine Leyris et Gilles Berton.

  

ISBN : 2-912969-07-7

410 pages - 19,82 euros

  

Dans la presse

« À cette France, il fallait un œil et un accent un peu étrangers... Karnow pratique « une nostalgie inventée ». Il nous faut feuilleter « un album de famille qui n'est pas tout à fait le nôtre, dans des lieux que l'on ne reconnaît pas complètement ». Et c'est ce flou précis, ce faux imperceptible qui nous fait saliver de bonheur, nous exclamer ; « Mais oui, c'est ça, c'est nous ! » 

Bernard Frank, Le Nouvel Observateur

« C'est un livre magnifique que ce Paris Années 50, écrit par l'une des plus grandes plumes du journalisme des États-Unis : il est truffé d'anecdotes, de remarques pertinentes, d'une érudition étonnante sur la France. Karnow avait un œil de lynx, rien ne lui a échappé. Il donne à connaître l'image et la profondeur d'un pays aujourd'hui disparu, tableau complet brossé avec un bonheur qui emportera le lecteur. »

Philippe Cusin, Le Figaro


Dans la même collection aux éditions Exils :